Thierry Marceau, artiste, art contemporain, perfomance, video, photo, installation.

Thierry Marceau a grandi à Oka. Il a complété des études de maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal. Son travail de performance, de vidéo, de photo et d’installation carbure à même la mémoire collective, aux images populaires, aux forts personnages, aux costumes, aux spectacles... Vous l’aurez remarqué si vous étiez à VIVA! Art+Action en 2006 et 2009, au centre Clark ou au ElvisFest de Brantford en 2007, au Théâtre Plaza, à la Galerie de l’UQAM ou à la Nuit Blanche de Toronto en 2008, aux funérailles de Michael Jackson à L.A. en 2009, au M :ST de Calgary en 2010, au Gala des arts visuels en 2011 ou réalisant le 1er 1% performatif au 2-22 (2012-2016). *Il est possible que vous l’ayez vu dans plusieurs autres endroits.

 

 

Mes recherches me conduisent à réaliser des actions qui remettent en scène des images connues de tous. Ces images populaires, ou personnages mythiques, sont remaniées, réassemblées et détournées. Passant du chanteur POP Michael Jackson à l’artiste Damien Hirst, ces personnages sont principalement choisis pour leurs costumes, qui offrent de vastes possibilités, une fois endossés. Par le costume, je suis propulsé. Chaque projet me transporte sur des terrains à explorer, je dois trouver la tenue appropriée. Tout lieu devient décor à investir, tout spectateur devient figurant de tableaux inattendus. Chacun doit se plier au jeu pour recevoir mon attitude qui relève, au même moment, du spectacle, de l’humour et du malaise. Les actions sont exécutées dans l’optique de produire de nouvelles images, qui à leur tour, pourront être remaniées, représentées et réutilisées.

 

Mon travail prend la forme de performances, de vidéos, de photographies, d’installations, et de tout autre médium qu’appelle chaque projet. Le point central de chaque œuvre demeure ma présence, toutefois, mes réflexions portent d’avantages sur tout ce qui est emmagasiné par une mémoire collective qui génère une série d’icônes, de scènes, d’images.

 

Je joue la carte de la lumière spectaculaire et de la légèreté divertissante afin d’offrir aux spectateurs, souvent un public très élargi et éclectique, une première approche séduisante. Tel un cheval de Troie, lorsque les villageois baissent les gardent et s’amusent du joli présent, mon travail peut se déployer sur plusieurs niveaux de lecture et ainsi s’installer dans leurs têtes et intervenir sur des perceptions ou des souvenirs que l’on croyait immuable.

 

L’aspect critique de ma pratique est indéniable. Cependant, j’ai la forte impression que chacun de mes gestes porte à la fois une immense admiration devant ces images si fortes qui traversent les frontières et le temps, mais qui à la fois sont loin d’être parfaites et participent souvent à un système grandement questionnable.

 

La notion de plaisir me porte et me nourrit depuis des années puisqu’elle nous confronte constamment à d’inévitables contradictions. Si tout n’est jamais ni tout noir, ni tout blanc, ce n’est surtout pas tout doré...

 

 

 

THIERRY MARCEAU.COM

 

Michael Jackson / Thierry Marceau / CNN / TVA / Radio-Canada / La Presse / The Gazette / Los Angeles Times / Chicago Tribune / Galerie Joyce Yahouda / 2-22 / RCAAQ /

À plusieurs reprises, Thierry Marceau et Michael Jackson n'ont fait qu'un. La nouvelle qui est tombée le 25 juin dernier a créé dans le monde entier une véritable onde de choc... Thierry Marceau n'y échappe pas. Thierry Marceau apprécie vos messages d'encouragement et tente de se repositionner face aux événements et ainsi trouver une avenue pertinente à son projet.

Le projet intitulé provisoirement «TM / MJ» est en cours de réalisation. Les premières apparitions du personnage de Michael Jackson dans le travail de Thierry Marceau remontent à 2005. Toutefois, c'est en fin d'année 2008 que la collection, les apparitions et les déplacements ont pris de l'ampleur jusqu'à devenir une obsession. Voici quelques parcelles de cette aventure aux côtés du roi de la POP. Venez voir régulièrement afin de savoir quelles seront les prochains événements et quand sera présentée l'exposition regroupant le tout.

 

Vous pouvez voir ici les liens vers la couverture médiatique entourant la présence de Thierry Marceau pendant la tornade MJ.

 

Thierry Marceau tient un bâton.
Bâton sur lequel je m’appuie sagement pour cette longue marche, qui par moment frappe, par moment marque des buts. Bâton s’agençant à tous mes jolis costumes, qui eux sont choisis pour l’image qu’ils me permettront de projetter. Ces images ne sont que bouées, points de repère auquels s’accrocher, peu importe de quel fleuve le navigateur arrive. Elles sont des stéréotypes, des archétypes. Elles cristallisent une mémoire, celle qui parfois tente d’oublier. Elles suggerent sans nommer. Car nommée, une chose est rapidement arrêtée et désarmée. L’ambiguité, il n’y a que ça de vrai.
Je suis habillé d’un vêtement coupé à même un tissu social qui se froisse facilement. Sans perdre de temps à repasser, plis et replis m’offrent liberté de bouger. Je bouge, danse, cours; je sais faire des roulades. Tout le monde aime les roulades. Je pointe. Je témoigne. Je vois et fait voir. Chaque geste nous déplace. L’autre doit se prononcer, se compromettre. Tel Ulysse, j’opère et déconstruis tout de l’intérieur; on m’invite bêtement à entrer...

Thierry Marceau, par ses actions, met en scène une multitude d’images bien connues de tous. Ces images populaires sont remaniées dans des assemblages et enchaînements s’apparentant aux rêves, avec toute la liberté qu’elles offrent. Costumé, au centre de l’arène, l’artiste incarne ces multiples images et s’entourent de figurants pour compléter ses tableaux. Il s’applique à répondre à la situation dans laquelle il est plongé et détourne les attentes qui lui sont formulées. Entre cynisme et idiotie, il pousse l’autre à se compromettre. Les spectateurs n’ont d’autre choix que de se plier au jeu pour recevoir son attitude qui utilise, au même moment du spectacle, de l’humour et de la dérision. Avec ses interventions, l’artiste parvient à produire le rassemblement et à retenir l’attention, réunissant son public autour de lui qui, à son tour, est souvent appelé à se produire dans les gestes auxquels il l’entraîne. Thierry Marceau est en mouvement et déplace ainsi tout ce qui l’entoure... même ce que l’on croyait immobilisé à jamais.

Thierry Marceau / idiotie / art / video / insatallation / performance / photo / web / montreal / uqam / autofiction / interdisciplinarite / Paris / son / intervention / cynisme / maitrise / cdex / galerie / gallery / espace / sculpture / artiste / Pique Nique / musique / pop / sport / Thierry / Marceau / exposition /thierrymarceau.com / voir / costume /


Dada est-il toujours vivant? Dans tous les cas, je le sens bien. Et Diogène et Les Cyniques grecs ou Warhol? Difficile à expliquer… mais je n’ai pas le moindre besoin de les ressusciter, ils vivent à mes côtés. Nous avons le même ADN. Peut-être ne sommes-nous en fait qu’UN. Un état d’être face à la vie vraie , un filtre ouvrant un angle bien précis de l’oeil nous permettant de «voir les choses telles qu’elles sont plutôt que telles qu’elles devraient être» (dict.du diable, 1917).
Nous sommes habillés d’un vêtement coupé à même un tissu social qui se froisse facilement.

Thierry Marceau / idiotie / art / video / insatallation / performance / photo / web / montreal / uqam / autofiction / interdisciplinarite / Paris / son / intervention / cynisme / maitrise / cdex / galerie / gallery / espace / sculpture / artiste / Pique Nique / musique / pop / sport / Thierry / Marceau / exposition /thierrymarceau.com / voir / costume /

La vie vraie n’est pas l’art, ni le cinéma (quoi que…), ni mes idées, ni celles de mes comparses artistes. La vie vraie est à la télé, sur les trottoirs, elle est Stéphane Gendron le maire d’Huntingdon, les grandes piscines, le Tsunami, la lutte et les autres sports, les fleurs, un jeu vidéo, la cigarette et le gouvernement, la chanson, la nourriture. Elle se tient dans les marchés aux puces comme dans les congrès.

Thierry Marceau / idiotie / art / video / insatallation / performance / photo / web / montreal / uqam / autofiction / interdisciplinarite / Paris / son / intervention / cynisme / maitrise / cdex / galerie / gallery / espace / sculpture / artiste / Pique Nique / musique / pop / sport / Thierry / Marceau / exposition /thierrymarceau.com / voir / costume /

Au sein de ma pratique, comme dans le verbe, le geste et l’écrit, l’utilisation d’images n’est que bouée, point de repère auquel s’accrocher, peu importe de quel fleuve le navigateur arrive. Ces images sont des stéréotypes, pour notre grand plaisir. Elles sont innombrables et constamment renouvelées. Elles suggerent sans nommer. Car nommée, une chose est rapidement arrêtée et désarmée. L’ambiguité, il n’y a que ça de vrai. Vous me croyez cuisinier alors que je suis déjà au parc à lancer le javelot
Lanceur de javelot, je trouve la position assise inconfortable. Mais l’idée d’être condamné à courir éternellement m’est insupportable. La projection est plus saine et me permet des glissements spontanés. Incarnations d’images cueillies dans la rue et revêtues comme pelure pour jouer à faire comme si, la projection est en réalité témoignages. Aussi, j’entretiens cette dualité d’un corps qui voit et désire se faire voir.

Thierry Marceau / idiotie / art / video / insatallation / performance / photo / web / montreal / uqam / autofiction / interdisciplinarite / Paris / son / intervention / cynisme / maitrise / cdex / galerie / gallery / espace / sculpture / artiste / Pique Nique / musique / pop / sport / Thierry / Marceau / exposition /thierrymarceau.com / voir / costume /

Mon corps se remplit et se tord pour laisser sortir son jus sucré et acide à la fois, tel une éponge. Pouvons-nous parler d’images-témoins?
Ces images m’appartiennent, nous appartiennent. Dailleurs, comment démêler le JE du NOUS? Chacune de mes interventions repose sur bien plus large que mes simples épaules. Je lance le bâton et demande à l’autre d’en faire quelque chose. Mon jeu, mon questionnement devient le nôtre.

Thierry Marceau / idiotie / art / video / insatallation / performance / photo / web / montreal / uqam / autofiction / interdisciplinarite / Paris / son / intervention / cynisme / maitrise / cdex / galerie / gallery / espace / sculpture / artiste / Pique Nique / musique / pop / sport / Thierry / Marceau / exposition /thierrymarceau.com / voir / costume /

Si Raoul Hausseman proposait : « faire une chose belle et une joie pour toujours, d'éléments dont on n'attendait plus ni beauté ni joie », je proposerais davantage de «mettre en action et en rire tous les jours, des éléments dont on n’attend plus ni mouvement, ni humour». Comment recevoir une attitude comme la mienne? Tel Diogène, se tenant debout au milieu du village, costumé, volontairement ridicule, criant comme un idiot...
Qui est l’idiot du 21e siècle. Quel rôle aura t’il? À cheval entre le le manque d'intelligence, de jugement qu’on lui attribut aujourd’hui et le caractère simple, particulier, unique d’autrefois. Se place-t’il en position de résistance?

Thierry Marceau / idiotie / art / video / insatallation / performance / photo / web / montreal / uqam / autofiction / interdisciplinarite / Paris / son / intervention / cynisme / maitrise / cdex / galerie / gallery / espace / sculpture / artiste / Pique Nique / musique / pop / sport / Thierry / Marceau / exposition /thierrymarceau.com / voir / costume /

Oeuvres d’art comme «actes de résistance» soulève Deleuze (1987). Résistance face à un système de conventions, de conformisme et d’assoupissement spirituel? «L’ironie, la feinte, le sarcasme, le double sens, l’humour et toutes formes de provocation intellectuelle apparaissent, au même titre que le sommeil ou les rêves, comme les enfants de la nuit. Comme eux, ils ont sur la réalité harassante ou décevante, un pouvoir dissolvant»
(Dada, la fonction de refus,1999).
Comme solvant, utiliser mon corps avec ses particularités, pour réaliser des interventions costumées de mes préocupations et ainsi agir sur ou dans la vie vraie.

Thierry Marceau / idiotie / art / video / insatallation / performance / photo / web / montreal / uqam / autofiction / interdisciplinarite / Paris / son / intervention / cynisme / maitrise / cdex / galerie / gallery / espace / sculpture / artiste / Pique Nique / musique / pop / sport / Thierry / Marceau / exposition /thierrymarceau.com / voir / costume /

Thierry Marceau tient un bâton. «Le bâton est le moyen de faire respecter la distance et d’assurer le vide autour de soi, condition de possibilité d’une authentique autonomie.» (Michel Onfray, 1990). Bâton sur lequel je m’appuie sagement pour cette longue marche, qui par moment frappe, par moment marque des buts. Et je marche. Je démarche. Je m’entraine à le manier, ce bâton.
Deleuze, Gilles. Qu’est-ce que l’acte de création ? Conférence donnée dans le cadre des mardis de la fondation Femis - 17/05/1987
Jouannais, Jean-Yves. L’idiotie, art, vie, politique-methode. Beaux-arts magazine / livres, 2003, 280p.
Onfray, Michel. Cynisme : portrait du philosophe en chien. Librairie générale française, 1992, 189p.
Villeneuve, Roland. Dictionaire du diable. Éditions Omnibus, 1998, 1084p.
Waldberg, Patrick. DADA, La fonction de refus. Éditions de la différence, 1999, 111p

Thierry Marceau / idiotie / art / video / insatallation / performance / photo / web / montreal / uqam / autofiction / interdisciplinarite / Paris / son / intervention / cynisme / maitrise / cdex / galerie / gallery / espace / sculpture / artiste / Pique Nique / musique / pop / sport / Thierry / Marceau / exposition /thierrymarceau.com / voir / costume /

Chasse et pêche, autres tactiques, (événement performatif), studio d’essai Claude-Gauvreau
Montréal, juin 2006
EICV (événement interuniversitaire de création vidéo),
S.A.T., Montréal, avril 2006
Dare Dare Gala, (performance), Le Local
Montreal, mars 2006
ACTIO 06, (animation de la soirée performance), Fonderie Darling
Montréal, mars 2006
TAMA06, (performance et nouveaux médias / présentation vidéo), Blueroom Gallery
Manille (Philippines), mars 2006
French Kiss, (performance/ vidéo), VAV Gallery
Montréal, fevrier 2006
Nous aussi on sait cracher le feu, (installation video), CDEX
Montréal, décembre 2005
La nouvelle performance de Montréal, (performance, invitation), Centre Inter-Le-Lieu,
Québec, novembre 2005
Fête, (performance, invitation), Galerie du marché Maisonneuve,
Montréal, octobre 2005
Pique-Nique par Pique Nique, Maison de la culture Côte-des-Neiges,
Montréal , juin / octobre 2005
Bric à Brac, (invitation de la commissaire) Galerie Verticale,
Laval , mai 2005
Dare Dare Gala, (animation de la soirée) Le Local,
montréal , avril 2005
Glissements, art et écriture, (invitation des commissaires) Galerie de l’UQAM,
Montréal , janvier 2005
Pique Nique 5, (intervention) Lac des castors
Montréal , septembre 2004
Nuit de la jeune création, (installation extérieure) Parc de l’INJEP
Marly Le Roi (Paris), juin 2004
Festival NEMO volet Ouvrir-Fermer (animation photo), Forum des images,
Paris, mars 2004
EICV (événement interuniversitaire de création vidéo), Fonderie Darling
Montréal, février 2004
Exposition «Promo 4.2», Société de Arts Technologiques (S.A.T.), (installation)
Montréal, juin 2003
Événement «Nuits blanches au CDD», Centre de diffusion de l’UQAM, (projection video)
Montréal, mai 2003
Événement «Agora Festif», Espaces Émergents, (intervention)
Montréal, mars 2003
Exposition «Paramètre 2002», Galerie de l'UQAM,
Montréal, décembre 2002
EICV (événement interuniversitaire de création vidéo), S.A.T.( Société des Arts Technologiques),
Montréal, novembre 2002
THIERRY MARCEAUSoirée de performances, La Fabrique (Université Laval)
Québec, novembre 2002
Symposium des arts, Place du millénaire, (exposition & intervention)
Oka, septembre 2002Soirée de projection vidéo, Café des arts (UQAM),
Montréal, mars 2002
Soirée de performances, (UQAM),
Montréal, mars 2002
Exposition «Parametre 2001», Galerie de l'UQAM,
Montréal, décembre 2001
EICV (événement interuniversitaire de création vidéo), Cinémathèque québécoise,
Montréal, octobre 2001
Symposium des arts, Place du millénaire, (exposition & intervention)
Oka, septembre 2001-2000
Exposition «L'art d'enfanter», Maison de la culture,
Ste-Thérèse, octobre 2000
Symposium des arts, Salle des loisirs, (exposition & peinture en direct)
Oka, septembre 2000
Exposition des finissants , Collège Lionel-Groulx,
Ste-Thérèse, mai 1999 Prix et bourses
Fonds de recherche,
Attribué par le Fond Québécois de Recherche sur la Société et la Culture (FQRSC),
pour entreprendre la maîtrise.
Mention d’excellence,
Remis par la doyenne pour l’excellence des résultats universitaires (UQAM)
Bourse Jacques de Tonnancour,
Remis par le jury de l’École des arts visuels et médiatiques, pour l’ensemble du parcours universitaire, 2004
Bourse Omer Desserre,
Remis par le jury de l'exposition «Paramètre 2002»
Prix du public,
Remis lors de l’événement interuniversitaire de création vidéo 2002

///////////////

Thierry Marceau tient un bâton.
Bâton sur lequel je m’appuie sagement pour cette longue marche, qui par moment frappe, par moment marque des buts. Bâton s’agençant à tous mes jolis costumes, qui eux sont choisis pour l’image qu’ils me permettront de projetter. Ces images ne sont que bouées, points de repère auquels s’accrocher, peu importe de quel fleuve le navigateur arrive. Elles sont des stéréotypes, des archétypes. Elles cristallisent une mémoire, celle qui parfois tente d’oublier. Elles suggerent sans nommer. Car nommée, une chose est rapidement arrêtée et désarmée. L’ambiguité, il n’y a que ça de vrai.

Thierry Marceau tient un bâton.
Je suis habillé d’un vêtement coupé à même un tissu social qui se froisse facilement. Sans perdre de temps à repasser, plis et replis m’offrent liberté de bouger. Je bouge, danse, cours; je sais faire des roulades. Tout le monde aime les roulades. Je pointe. Je témoigne. Je vois et fait voir. Chaque geste nous déplace. L’autre doit se prononcer, se compromettre. Tel Ulysse, j’opère et déconstruis tout de l’intérieur; on m’invite bêtement à entrer...

Thierry Marceau tient un bâton.

 

Thierry Marceau, par ses actions, met en scène une multitude d’images bien connues de tous. Ces images populaires sont remaniées dans des assemblages et enchaînements s’apparentant aux rêves, avec toute la liberté qu’elles offrent. Costumé, au centre de l’arène, l’artiste incarne ces multiples images et s’entourent de figurants pour compléter ses tableaux. Il s’applique à répondre à la situation dans laquelle il est plongé et détourne les attentes qui lui sont formulées. Entre cynisme et idiotie, il pousse l’autre à se compromettre. Les spectateurs n’ont d’autre choix que de se plier au jeu pour recevoir son attitude qui utilise, au même moment du spectacle, de l’humour et de la dérision. Avec ses interventions, l’artiste parvient à produire le rassemblement et à retenir l’attention, réunissant son public autour de lui qui, à son tour, est souvent appelé à se produire dans les gestes auxquels il l’entraîne. Thierry Marceau est en mouvement et déplace ainsi tout ce qui l’entoure... même ce que l’on croyait immobilisé à jamais.

Thierry Marceau - Elvis
Thierry Marceau - DADA
Thierry Marceau - Joseph Beuys
Thierry Marceau - Matthew Barney
Thierry Marceau - Bob Ross
Thierry Marceau - Marina Abramovic
Thierry Marceau - Michael Jackson
Thierry Marceau - Damien Hirst
Thierry Marceau - Yves Klein