Biographie

 

Thierry Marceau a grandi a Oka. Il a complete des etudes de maitrise en arts visuels et médiatiques a l’Université du Quebec à Montreal. Son travail de performance, de video, de photo et d’installation carbure àmeme la memoire collective, aux images populaires, aux forts personnages, aux costumes, aux spectacles... Vous l’aurez remarqué si vous étiez àVIVA! Art+Action en 2006 et 2009, au centre Clark ou au ElvisFest de Brantford en 2007, au Theatre Plaza, a la Galerie de l’UQAM ou àla Nuit Blanche de Toronto en 2008, aux funérailles de Michael Jackson à L.A. en 2009, au M :ST de Calgary en 2010, au Gala des arts visuels en 2011 ou realisant le 1er 1% performatif au 2-22 (2012-2017). *Il est possible que vous l’ayez vu dans plusieurs autres endroits.

 

 

 

Texte de demarche

 

Mes recherches me conduisent à realiser des actions qui remettent en scene des images connues de tous. Ces images populaires, ou personnages mythiques, sont remaniées, réassemblées et détournées. Passant du chanteur POP Michael Jackson à l’artiste Damien Hirst, ces personnages sont principalement choisis pour leurs costumes, qui offrent de vastes possibilités, une fois endossés. Par le costume, je suis propulsé. Chaque projet me transporte sur des terrains àexplorer, je dois trouver la tenue appropriée. Tout lieu devient décor àinvestir, tout spectateur devient figurant de tableaux inattendus. Chacun doit se plier au jeu pour recevoir mon attitude qui relève, au même moment, du spectacle, de l’humour et du malaise. Les actions sont exécutées dans l’optique de produire de nouvelles images, qui à leur tour, pourront être remaniées, représentées et réutilisées.

 

Mon travail prend la forme de performances, de vidéos, de photographies, d’installations, et de tout autre médium qu’appelle chaque projet. Le point central de chaque œuvre demeure ma présence, toutefois, mes réflexions portent d’avantages sur tout ce qui est emmagasiné par une mémoire collective qui génère une série d’icônes, de scènes, d’images.

 

Je joue la carte de la lumière spectaculaire et de la légèretédivertissante afin d’offrir aux spectateurs, souvent un public très élargi et éclectique, une première approche séduisante. Tel un cheval de Troie, lorsque les villageois baissent les gardent et s’amusent du joli présent, mon travail peut se déployer sur plusieurs niveaux de lecture et ainsi s’installer dans leurs têtes et intervenir sur des perceptions ou des souvenirs que l’on croyait immuable.

 

L’aspect critique de ma pratique est indéniable. Cependant, j’ai la forte impression que chacun de mes gestes porte à la fois une immense admiration devant ces images si fortes qui traversent les frontières et le temps, mais qui à la fois sont loin d’être parfaites et participent souvent àun système grandement questionnable.

 

La notion de plaisir me porte et me nourrit depuis des années puisqu’elle nous confronte constamment à d’inévitables contradictions. Si tout n’est jamais ni tout noir, ni tout blanc, ce n’est surtout pas tout doré...